Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

« De nos jours, il est plus dangereux d’être une femme qu’un soldat », tel est l’avis du Général de Division Patrick Cammaert. Cette affirmation dite dans un autre contexte, est devenue une réalité quotidienne pour les filles et les femmes au Sahel.

Les Mères, épouses, sœurs, filles sont toujours  les premières victimes des conflits violents ; toutes les statistiques des organisations des droits de l’homme, en la matière en font foi. En effet, les violences sexuelles à l’endroit des femmes et des filles sont  quasi permanentes dans les zones de conflits où elles sont très souvent utilisées comme arme de guerre par les protagonistes.

Cette région était, jadis, le théâtre  d’autres types de violences faites aux femmes (les violences domestiques ou conjugales, les mariages forcés, excisions)  du fait des habitudes coutumières et culturelle. Les conflits actuels dans cette bande n’ont fait qu’exacerber la condition des femmes et des filles.

Depuis 2012, le sahel  notre principal champ d’actions, est confronté  à la loi impitoyable des fondamentalistes terroristes.  De manière générale, les populations civiles de cette région Sahélienne vivent un drame au quotidien. Les femmes et les enfants sont les premières victimes  des conflits intercommunautaires. Elles sont les cibles des différents acteurs du conflit, qu’ils soient des forces régulières,  des groupes armés ou des terroristes.

Cette situation n’a pas laissé indifférente l’Association Justice and Dignity of the Women of Sahel (JDWS) qui a décidé de s’engager contre les violences faites aux femmes. Consciente de l’avenir de la jeune génération et du rôle important que jouent les femmes dans la société, dans la famille et en particulier dans l’éducation des enfants,

Pour mener à bien cette mission, l’organisation compte sur l’accompagnement de tous et le projet JDWS inscrit son action dans le sens de la solidarité internationale. Elle compte sur la participation des personnes physiques et morales convaincues de la nécessité de relever ce défi, à travers entre autres l’éducation, la sensibilisation et l’engagement citoyen et humain.

Le projet Justice and Dignity of the Women of Sahel (JDWS) a pour finalité la construction d’un réseau où la solidarité, le partage et l’échange permettent de promouvoir des valeurs humaines positives qui prennent en compte la différence entre les deux sexes et participer à l’instauration d’une société non violente.

Alors, n’attendez plus  ! Rejoignez-nous pour la protection de la femme sahélienne et l’assistance aux victimes.